TIC 2009 Index du Forum TIC 2009
Mettez vos idées pour un tic inoubliable !!!
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Montpellier
Aller à la page: 1, 2, 313, 14, 15  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    TIC 2009 Index du Forum -> TIC 2009 -> TIC 2009
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Nico Nico


Hors ligne

Inscrit le: 09 Mar 2009
Messages: 3 565
Localisation: Bordal

MessagePosté le: Lun 23 Mar - 23:06 (2009)    Sujet du message: Montpellier Répondre en citant

Il est temps que les gens de ce forum se cultive, commencons tout d'abord par un petit descriptif de la ville qui va nosu accueillir

La ville se situe à 10 km de la mer Méditerranée (Palavas-les-Flots) par voie express et à 75 km du point montagneux le plus proche (Mont Aigoual 1 567 m, situé dans le département du Gard) (station de ski de Prat Peyrot). Montpellier est à 52 km de Nîmes (Gard), 168 km de Marseille (Bouches-du-Rhône), 248 km de Toulouse (Haute-Garonne). Elle est également à 750 km de Paris.
Aujourd'hui huitième ville de France par sa population intra-muros et troisième ville française de l'axe méditerranéen (derrière Marseille et Nice), elle est l'une des rares villes de plus de 100 000 habitants dont la population a augmenté de façon ininterrompue depuis une cinquantaine d'années. Elle a plus que doublé sur cette période pour atteindre 251 634 habitants au 1er janvier 2006 selon le recensement de l'INSEE.

Montpellier est très proche de la mer. Culminant à 57 m à la place du Peyrou (ancienne place royale où trône la statue de Louis XIV), la ville a commencé à se développer sur deux collines : Montpellier et Montpellieret, certaines rues sont à forte dénivellation. Elle est surnommée : Lo Clapàs, le tas de pierre en Occitan, en raison de son matériaux de base la pierre de Castries qui est un calcaire coquillier, blanc crême à l'origine mais qui adopte une patine dorée en vieillissant. Le territoire actuel s'étend jusqu'à des collines qui dominent l'ancienne ville : le Lunaret, Montmaur et le Plan-des-Quatre-Seigneurs au nord, La Paillade et les Hauts-de-Massane au nord-ouest qui culmine à près de 110 mètres d'altitude[2].
Montpellier est située entre deux cours d'eau : le Lez à l'est, et la Mosson à l'ouest. Son paysage est surtout marqué par le pic Saint-Loup (658 m), situé à 25 kilomètres au nord de la ville et visible depuis la promenade du Peyrou ainsi que de la terrasse du toit du Corum au bout des allées de l'Esplanade.
Montpellier s'étend en direction du rivage maritime avec la création de nouveaux quartiers à l'est puis au sud du centre-ville (successivement Antigone, Richter puis Port Marianne), et sous l'impulsion de Georges Frêche, qui a déclaré en 1977 vouloir faire de Montpellier "la façade maritime entre Gênes et Barcelone".
Le territoire communal s'étend sur une superficie de 5 688 hectares, urbanisée environ aux trois cinquièmes, mais cette urbanisation est en forte croissance. Le reste du territoire communal est composé d'espaces verts, d'espaces naturels protégés (Rives du Lez, Réserve zoologique Lunaret et Bois de Montmaur) et de zones agricoles. Environ 180 hectares de terrains sont encore à dominante agricole, principalement plantés en vignes. Ses principales localisation sont à l'Est (Montaubérou, Valédeau, Flaugergues), au Sud de l'autoroute A9 (Méjanelle, Mogère, Première écluse), au Nord (Plan des 4 seigneurs), à l'extrême Sud (Petit Grès), et à l'Ouest (Château-Bon, Bionne, Rieucoulon).

C'est en 985, dans une donation du comté de Melgueil, qu'apparaît pour la première fois le nom de Montpellier. Le 26 novembre 985, le comte Bernard de Melgueil (Mauguio) octroie au chevalier Guilhem en échange de son dévouement l'ancien territoire situé entre l'antique Voie Domitienne, le Lez et La Mosson. Ses héritiers construiront sur leur nouveau fief un véritable bourg fortifié, doté d'un château et d'une chapelle qui deviendra la ville de Montpellier.
Bien plus jeune que ses voisines de la région comme Nîmes, Narbonne, Béziers ou Carcassonne, pour la plupart créées à l'époque romaine, la Seigneurie de Montpellier n'est créée qu'au XIe siècle. Située entre l'Espagne et l'Italie, proche de la Via Domitia et du port de Lattes, la ville connaît rapidement un important développement économique et culturel, attirant doreurs, orfèvres, drapiers et changeurs. Elle devient ainsi un centre d'échanges entre le nord de l'Europe, l'Espagne et le bassin méditerranéen.
L'agglomération médiévale était constituée par Montpellier sous la seigneurie des Guilhem et par Montpellieret sous la seigneurie des évêques de Maguelone. Une enceinte fortifiée unique (la Commune Clôture) protégeait les deux entités. Deux tours subsistent de cette fortification (la Tour de la Babote et la Tour des Pins).
Le Consulat - instauration d'une administration municipale quasi républicaine par des « consuls » - marque la fin de la dynastie des Guilhem avec la mort de Guilhem VIII le 9 novembre 1202.
Au Moyen Âge, son église Notre-Dame-des-Tables constitue une étape renommée pour les pèlerins partant vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Cet afflux de pèlerins provoque la naissance et l'extension d'institutions charitables et hospitalières. Des médecins juifs et arabes chassés d'Espagne se retrouvent à l'École de Médecine de Montpellier, fondée en 1220 par la cardinal Conrad, légat du pape Honorius III. (Discussion : Les juifs et les "arabes" (musulmans serait plus exact), n'ont pas été expulsés d'Espagne à cette époque. Les juifs qui n'ont pas voulu se convertir au christianisme ont été expulsés par les rois catholiques fin XVe. Quant aux musulmans, seule une partie des "morisques" de certaines régions d'Espagne - descendants de musulmans convertis depuis plusieurs générations au christianisme - ont été expulsés vers l'Afrique du Nord au cours du XVIIe siècle. On est donc loin de 1220, époque à laquelle il faut le rappeler, Montpellier était une possession aragonaise (1204-1349). Il semble donc logique que des citoyens aragonais, de quelque religion que ce soit, viennent étudier ou enseigner à Montpellier). La renommée de la plus ancienne faculté de médecine est déjà immense à la fin du XIIIe siècle.
Placée sous la tutelle des rois d'Aragon après le mariage de Pierre II d'Aragon (1176-1213), roi d'Aragon et comte de Barcelone, avec Marie de Montpellier, le 15 juin 1204, la ville connaît son apogée. Pierre II accorde aux habitants les franchises et libertés qu'ils réclament. Leur fils Jacques Ier, natif de Montpellier, y entretient une cour brillante.
Jacques Ier ayant résolu de partager ses États entre ses deux fils Pierre et Jacques, la Seigneurie de Montpellier devient possession de Jacques II, Roi de Majorque et Comte de Roussillon, en 1276. La ville restera sous tutelle du royaume de Majorque jusqu'en 1349.
En 1289, les Écoles de Médecine et de Droit de Montpellier, réputées comme centres d'érudition ouverts aux pensées juive et arabe, se voient accorder le statut officiel d'Universités par le pape Nicolas IV. Vendue au royaume de France en 1349, Montpellier est alors considérée comme la deuxième ville du royaume. Mais au cours de la seconde moitié du XIVe siècle, des épidémies successives déciment plus du tiers de sa population.

Au XVe siècle, la ville se redresse économiquement grâce à l'activité du port voisin de Lattes et au génie mercantile de Jacques Cœur, grand argentier du roi Charles VII. La Faculté de Médecine de Montpellier bénéficie même, en 1593, de la création d'un Jardin des Plantes, aujourd'hui le plus ancien de France.
Après que le siège épiscopal de Maguelone ait été supprimé en 1536, il s'établit à Montpellier. La cathédrale Saint-Pierre est alors construite sur le site de l'église du monastère Saint-Benoît, fondée en 1364. De l’ancien édifice gothique consacré par Urbain V, pape d’Avignon, ne subsistent que le massif de façade et les deux tours-clochers. Son plan est inspiré du modèle méridional, et des influences avignonnaises sont manifestes, notamment dans la forme et la sobriété des arcs et des supports des colonnes.
Au XVIe siècle, la Réforme protestante gagne beaucoup d'adhérents et Montpellier devient un bastion du protestantisme. Un des plus beaux temples de l'époque est construit. Mais au cours des décennies suivantes, les guerres de religion entraînent la destruction totale de tous les édifices catholiques situés à l'intérieur des murailles de la ville. La cathédrale Saint-Pierre est la seule à ne pas être détruite, même si elle en souffre durablement.
En 1572-1576, la ville bénéficie de l’alliance des protestants du Languedoc avec le gouverneur Montmorency-Damville, catholique conciliant. Mais la trahison de ce dernier, qui s’allie au roi en 1576, provoque le soulèvement de la ville qui rejette son autorité. François de Châtillon la défend contre le long siège du gouverneur du Languedoc. Il commence par raser la citadelle. Quand la situation devient difficile, il fait une sortie, parcourt les Cévennes et va jusqu’à Bergerac pour recruter des renforts, et réussit à les ramener dans la ville[7].
En 1598, l'édit de Nantes désigne Montpellier comme une des places fortes où les cultes protestants sont reconnus. S'en suivent une vingtaine d'années de calme, rompues lors d'une dernière guerre de religion. En 1622, Louis XIII dirige le siège de la ville rebelle, qui capitule au terme d'un pilonnage intense de deux mois. Le règne du roi est rétabli et le retour de la domination catholique est assuré par l'édit de Fontainebleau de 1685. Depuis, la ville est restée majoritairement catholique.

Une fois achevée la pacification de Montpellier, la noblesse, fière de son nouveau statut, fait construire de nombreux hôtels particuliers, particulièrement élégants et dont l’architecture est très caractéristique du centre historique. L’un des plus beaux, l’hôtel de Guidais, peut être admiré à l’angle Ouest de la promenade du Peyrou. Propriété de la famille Molinier, il n’a pas été sub-divisé. Il fut la résidence de l’avant-dernier Grand Maître de l’ordre de Malte, Hompech, qui y mourût. Le magnifique jardin et la maison typique du classicisme languedocien peuvent être visités.
La place de la Comédie et l’arc de triomphe-Esplanade du Peyrou datent du XVIIe siècle (arch Daviler). C’est aussi le cas de la place Jean Jaurès, construite sur le site de l’ancienne église Notre Dame des Tables, détruite au cours des guerres de religion, et de la promenade royale du Peyrou, construite sur ordre de Louis XIV et en son honneur, à l’extérieur des fortifications. Pour alimenter les jardins de la ville, un aqueduc achemine l’eau depuis Saint-Clément-de-Rivière. Élaborée au milieu du XVIIIe siècle par l’ingénieur Henri Pitot, il aboutit au superbe château d’eau qui domine l’esplanade du Peyrou (Giral architecte).
Jusqu’à la Révolution française, Montpellier est le siège des États du Languedoc.

Le développement de la viticulture au XIXe siècle favorise la constitution de fortunes et se traduit par une métamorphose urbaine considérable.
L'édification du Palais de Justice et de la préfecture le long de la percée de la rue Foch, des églises Sainte-Anne et Saint-Roch, de la gare, la reconstruction du théâtre après l'incendie de 1881 par Cassien Bernard, élève de Garnier, et le réaménagement total de la place de la Comédie par la même occasion, bordée d'immeubles et de grand magasins haussmanniens en sont les parfaits exemples.
Le phylloxéra d'abord, et la surproduction viticole ensuite, apportent pour quelques décennies un coup d'arrêt à l'expansion de Montpellier.


Si vous avez des questions, les modérateurs approfondiront le sujet !


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 23 Mar - 23:06 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Rouliette


Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2009
Messages: 7
Localisation: Bordeaux

MessagePosté le: Lun 23 Mar - 23:07 (2009)    Sujet du message: Montpellier Répondre en citant

Que t'es con nico nico Wink

Revenir en haut
Nico Nico


Hors ligne

Inscrit le: 09 Mar 2009
Messages: 3 565
Localisation: Bordal

MessagePosté le: Lun 23 Mar - 23:12 (2009)    Sujet du message: Montpellier Répondre en citant

Faites nous partager des informations !!!

Revenir en haut
Nico Nico


Hors ligne

Inscrit le: 09 Mar 2009
Messages: 3 565
Localisation: Bordal

MessagePosté le: Lun 23 Mar - 23:14 (2009)    Sujet du message: Montpellier Répondre en citant

Le domaine de Grammont à Montpellier
(Hérault, 34 - France)


SITUE à l'Est de Montpellier, le domaine de Grammont est aujourd'hui un espace de loisirs et de détente qui a su conserver la quiétude de ses lieux.

En effet, vers la fin du XIe siècle, des moines s'établirent dans la solitude, sur ce qui n'était qu'un plateau caillouteux où poussaient seulement des chênes verts, et ils y édifièrent un couvent.

Au XVIe siècle, Grammont devient une sorte de conservatoire de la flore locale. Ainsi, l'école des botanistes montpelliérains signale l'intérêt éminent et l'étonnante variété de la flore du domaine.

Le domaine a changé de propriétaires plusieurs fois en quelques décennies, mais c'est le Montpelliérain et général de brigade Frégeville qui le transformera pour lui donner, sous l'Empire, son aspect actuel de grande villa à l'italienne.

En 1867, le professeur Bouisson, époux Bertrand, acquiert le château et ses dépendances qui seront légués, à la mort de sa femme, à la Faculté de Médecine. Celle-ci le transforme, selon les voeux de la légataire, en préventorium-centre pour enfants déshérités. La chapelle Saint-Etienne est construite, toujours selon la volonté de la donatrice, à côté du château en 1897.

Au coeur des quatre-vingt-dix hectares de ce domaine, le château et sa chapelle abritent à présent la mairie annexe.

Les anciennes dépendances, traces de l'ancien domaine viticole, sont occupées notamment par le Théâtre des Treize Vents, la Maison Antoine Vitez (Centre international de la traduction théâtrale) et le Centre de formation au football de Montpellier Hérault.

Le parc, avec son cèdre du Liban, plusieurs fois centenaire, son cyprès du Cachemire, ses spécimens de photinia, est l'un des plus importants de Montpellier par sa superficie.
Le petit bois de Chaumière et la mare écologique sont les derniers vestiges de l'ancienne forêt d'Aigremont.
Le centre horticole, créé sous le règne d'Henri IV, a une superficie totale de trois hectares. La Ville y cultive son jardin.

Le sport s'est emparé au cours des années de ces formidables espaces. Des parcours permettent d'apprécier l'ensemble du domaine. Récemment, une aire de skateboard dite "Skate-Park", a été montée. Une piste d'automodélisme reçoit des compétitions nationales et internationales. Les sports traditionnels ont aussi le droit de cité, avec le Tennis-club, le Centre équestre et l'Ecole de football.

Mais le domaine de Grammont est aussi un espace culturel, avec le Zénith qui peut accueillir 6000 personnes, l'Espace rock en plein air et ses huit hectares où se déroulent des concerts, des spectacles et des rassemblements, et le Théâtre des Treize Vents avec le Centre dramatique national du Languedoc-Roussillon.

Le domaine de Grammont, c'est le plaisir avant tout.


Revenir en haut
Nico Nico


Hors ligne

Inscrit le: 09 Mar 2009
Messages: 3 565
Localisation: Bordal

MessagePosté le: Lun 23 Mar - 23:14 (2009)    Sujet du message: Montpellier Répondre en citant

La conclusion est magnifique !!

J-44 !!!


Revenir en haut
poussin


Hors ligne

Inscrit le: 21 Mar 2009
Messages: 2 948
Localisation: CPB

MessagePosté le: Lun 23 Mar - 23:19 (2009)    Sujet du message: Montpellier Répondre en citant

Cher nico nico, quand tu dit que le point culminant est de 57m et se situe à la place du Peyrou...le relevé a été fait au sommet de la statue de Louis XIV?

Revenir en haut
Nico Nico


Hors ligne

Inscrit le: 09 Mar 2009
Messages: 3 565
Localisation: Bordal

MessagePosté le: Lun 23 Mar - 23:25 (2009)    Sujet du message: Montpellier Répondre en citant



Tout d'abord voici cette place !

Et pour te répondre, non le point culminant a été pris au sommet de la colline ! Smile


Revenir en haut
Nath'
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2008
Messages: 139
Localisation: Montpellier

MessagePosté le: Mar 24 Mar - 20:37 (2009)    Sujet du message: Montpellier Répondre en citant

Waaaaaaaaaa, c'est beau la culture !!!

Père nico nico, raconte nous encore une histoire !!!

Sinon, ici il fait beau et chaud, et chez vous ??  Razz


Revenir en haut
Nico Nico


Hors ligne

Inscrit le: 09 Mar 2009
Messages: 3 565
Localisation: Bordal

MessagePosté le: Mar 24 Mar - 20:50 (2009)    Sujet du message: Montpellier Répondre en citant

Voici le climat de Bordeaux puisque c'est si gentiment demandé !

Le climat de l'Aquitaine est de type océanique, qui se caractérise à Bordeaux par des hivers très doux et des étés chauds. Les précipitations sont fréquentes et réparties tout au long de l'année avec 820 mm d'eau et environ 150 jours pluvieux par an. L'été, les précipitations sont souvent dues à des orages de chaleur. En juillet 1883, les plus importantes précipitations jamais tombées en France en 30 minutes ont été observées à Bordeaux.
Les températures moyennes sont de 6,4 °C en janvier et de 20,9 °C en août avec une moyenne annuelle de 13,3 °C. Bordeaux connaît en moyenne 15 à 20 jours en été où les températures dépassent les 30 °C. Des températures extrêmes peuvent aussi être observées comme lors de l'été 2003 où la température a atteint 41 °C. Ce même été, il y a eu 12 jours consécutifs où les maximales ont atteint ou dépassé les 35 °C. Bordeaux bénéficie d'un ensoleillement élevé dépassant régulièrement 2 000 heures de soleil par an et jusqu'à 2 200 heures sur le littoral.
Bordeaux a connu des hivers très froids en 1985 et en 1987, puis une sécheresse de 1988 à 1992. Plus récemment Bordeaux a connu une sécheresse importante de 2002 à 2005.


Et voici un petit tableau d'illustration

  Relevés Bordeaux-Mérignac
MoisJanFévMarAvrMaiJunJulAoûSepOctNovDéc
Temp. max. moy. (°C)91114161923262623181310
Temp. min. moy. (°C)23461013151512953
Moyenne (°C)6791115182121181497
Précipitations moy. (mm)766466667166535871868986


Revenir en haut
Nath'
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2008
Messages: 139
Localisation: Montpellier

MessagePosté le: Mar 24 Mar - 22:26 (2009)    Sujet du message: Montpellier Répondre en citant

Sinon, il y a aussi des punks à chien et plein d'accordéonistes...Mais ça c'est jamais dit dans les guide...dommage


"Punk à chien, Punk à chien, Punk à ,Punk à ,Punk à chien, moi je suis un punk, un punk avec un chien, mais mon chien il est mort d'un cancer de la truffe ...."


Revenir en haut
Nico Nico


Hors ligne

Inscrit le: 09 Mar 2009
Messages: 3 565
Localisation: Bordal

MessagePosté le: Mar 24 Mar - 22:44 (2009)    Sujet du message: Montpellier Répondre en citant

Origine
Le 6 mai 1829, Arménien de Vienne, Cyrill Demian dépose le brevet de l'"accordion" avec ses fils Carl et Guido. La même année, le 19 juin, à Londres, Charles Wheatstone dépose lui aussi un brevet pour un "symphonium" (prémices du futur concertina dont le brevet sera déposé le 8 février 1844). En 1863, Paolo Soprani fonde la première industrie de l'accordéon (fisarmonica) à Castelfidardo qui est considéré comme le berceau mondial de l'accordéon (ainsi que Stradella dans la province de Pavie). Castelfidardo héberge un musée international de l'accordéon et, chaque année, un concours international y est organisé.
En France, Lyon avec la célèbre firme Cavagnolo, Sarlat avec la fabrique Accordiola et Tulle avec la fabrique Maugein Frères, sont trois des villes importantes pour l'accordéon français. La ville de Brive, avec l'usine Dedenis, fut très longtemps le siège de la première industrie de l'accordéon en France. Outre ces petites fabriques (PME), plusieurs artisans fabriquent en France des instruments sur mesure, principalement destinés aux musiques traditionnelles.

Facture


Accordéon bisonore


Le musicien écarte et rapproche les deux parties principales, en appuyant sur les touches des claviers de l'instrument pour décider des notes à produire. L'air du soufflet passe ainsi dans le mécanisme, et actionne une ou plusieurs anches accordées à la lime et au grattoir. L'anche au repos possède une courbure qui la porte "au vent" : le réglage de cette coubure a pour but de permettre et faciliter l'attaque, à toutes les puissances.
Dans l'accordéon, deux anches sont montées côte à côte, une de chaque coté de la plaquette, en "push-pull". Une membrane (en cuir ou en vinyl) sert de clapet et interdit le passage de l'air à travers l'anche jumelle. Ainsi une seule des deux anches fonctionne à la fois, suivant le sens d'action du soufflet.
La vibration est due à un phénomène dit de relaxation : elle n'est donc pas sinusoïdale et comporte de nombreux harmoniques responsables d'une famille typique de timbres. Les harmoniques sont utilisés pour faciliter l'accord des basses fréquences (< 100 Hz).
La fréquence de vibration est pratiquement indépendante de la puissance du souffle d'air, l'anche vibrante jouant d'ailleurs, à pleine puissance, le rôle de limiteur de débit. Cependant, lorsque des anches de fréquences extrémement proches (différence inférieure à 1 Hz, tout au plus) sont alimentées en air par un système commun, il arrive que l'anche la moins stable en fréquence s'accorde à la fréquence de l'autre par effet de "couplage" ou "pilotage", masquant leur "désaccord", voire interdisant un vibrato différentiel intentionnel de fréquence inférieure à 1 Hz.
Dans l'accordéon, les anches donnant les sons les plus graves (< 50 Hz environ) ont une longueur de près de 10 centimètres et sont chargées, près de leur extrémité vibrante, par une masse de plomb ou de laiton. Les anches produisant les sons les plus aigus (plus de 6 Khz dans l'aigu du piccolo) ont une longueur inférieure à 6 millimètres.

En raison de la très courte longueur d'onde des sons les plus aigus produits (de l'ordre de quelques cm) on constate souvent des phénomènes d'ondes stationnaires dus aux "obstacles" à leur propagation (cases exiguës du sommier qui supporte les plaques, soupapes...) qui peuvent affaiblir, voire neutraliser totalement, le son produit. Des solutions empiriques de facture permettent d'éliminer ce phénomène.
L'accord se fait en jouant sur les paramètres raideur et masse : on augmente la fréquence en diminuant la masse par enlèvement de matière (limage d'épaisseur) à l'extrémité libre de l'anche (ou de sa charge rapportée). On diminue la fréquence en diminuant l'épaisseur (raideur) de l'anche (enlèvement par grattage : (grattoir) prés de sa partie fixe, flexible (le "ressort").
Une anche vibrante de grandes dimensions et de fréquence infrasonique, destinée à produire un vibrato en amplitude, a été utilisée dans l'accordéon de concert Cavagnolo : cette anche est placée dans une paroi séparatrice (équivalente à une "plaque") disposée entre le soufflet et la "caisse du chant". Ce système générateur de vibrato semble être resté sans suite en raison, sans doute, de sa fréquence invariable, de son effet trop systématique (un accord, grave ou aigu, vibre "en bloc" ) et de sa limitation du débit d'air (contradictoire avec l'expressivité naturelle de l'instrument), en dépit de la présence d'un moyen de neutralisation : une très large soupape.

Jeu
Véritable homme-orchestre à lui tout seul, l'accordéoniste peut exécuter le rythme aussi bien que la mélodie et l'harmonie, ce qui lui a valu cette place importante dans les bals populaires français.
Cet instrument aux accords tout faits et à la sonorité "désaccordée" ne suscita pas l'adhésion de tous d'où, dès les années trente, l'invention des basses chromatiques (clavier mélodique de main gauche) et une registration variée aux sonorités de plus en plus soignées. Après la guerre, l'accordéon commence à s'essouffler malgré des auteurs comme Jacques Brel qui l'utilisent dans leurs chansons et des virtuoses comme Aimable qui promènera son accordéon de par le monde.
L'accordéon, vers les années 1980, reprend du "service" par l'attrait des musiques traditionnelles et folkloriques qui l'utilisent (musique bretonne, slave, musique cajun...) ; par l'utilisation par des chanteurs français comme Renaud qui le remettent au goût du jour ; par l'apparition d'accordéonistes majeurs, se détournant du musette, comme Marc Perrone ou Richard Galliano ; et par son utilisation par des groupes de la scène alternative comme la Mano Negra ou Les Négresses Vertes.
Il serait également restrictif de passer sous silence l'émergence de l'accordéon dans la création contemporaine d'avant-garde. On n'omettra pas de citer Pascal Contet, accordéoniste français et concertiste international qui contribue activement à développer le répertoire contemporain avec des compositeurs comme David Venitucci, Bernard Cavana, Vinko Globokar, Jacques Rebotier, Jean-Pierre Drouet, Bruno Giner, Jean Françaix, etc.
L'accordéon a maintenant acquis ses lettres de noblesse en musique classique. Il est enseigné dans les conservatoires de musique. L'accordéon trace sa voie dans les musiques classiques, concertantes et contemporaines, même si cela reste très méconnu encore du grand public, avec des accordéonistes classiques réputés au niveau international, comme par exemple Philippe Bourlois, Angel Luis Castaño, Jesus Peñaranda, Olivier Urbano, Bruno Maurice, Friedrich Lips, Mika Vayrynen, Pavel Runov...
Aujourd'hui, l'accordéon est largement utilisé aussi bien par des artistes de variétés (Patrick Bruel, Bénabar, Yann Tiersen...) que par des groupes « alternatifs » (Les Ogres de Barback, Les Têtes Raides, Les Taizeurs de bruit, Les Hurlements d'Léo, La rue ketanou, N&sk, Béèleska, Sagapool, Java), les groupes de rap (le Ministère des affaires populaires) ou des musiciens de jazz tel que Richard Galliano ou Marcel Loeffler, René Sopa, David Venitucci, Daniel Mille, . En 2005, Serge Lama a effectué une tournée avec un seul musicien, l'accordéoniste Sergio Tomassi.
Claude Parle développe l'accordéon dans le domaine des musiques improvisées et en relation avec la danse ou le jazz contemporain (depuis les années 1970).
Présent dans de très nombreux pays dans tous les continents, l'accordéon est aussi un instrument très employé dans les musiques traditionnelles partout dans le monde.
L'accordéon est utilisé en musique populaire, traditionnelle, folklorique, actuelle, et en musique classique ou contemporaine.


Revenir en haut
Max LeSinge


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2009
Messages: 3 671
Localisation: Ur anus

MessagePosté le: Ven 27 Mar - 00:53 (2009)    Sujet du message: Montpellier Répondre en citant


_________________




Revenir en haut
poussin


Hors ligne

Inscrit le: 21 Mar 2009
Messages: 2 948
Localisation: CPB

MessagePosté le: Ven 27 Mar - 00:58 (2009)    Sujet du message: Montpellier Répondre en citant

j'adore!!!!

Revenir en haut
poussin


Hors ligne

Inscrit le: 21 Mar 2009
Messages: 2 948
Localisation: CPB

MessagePosté le: Ven 27 Mar - 02:03 (2009)    Sujet du message: Montpellier Répondre en citant

Notons que le prochain gros évènement après le tic sera le passage du tour de France le 7 juillet:

28 fois ville-étape, la Ville de Montpellier accueille une nouvelle fois le Tour de France. L'étape contre la montre par équipe d'une distance de 38 km se déroulera le mardi 7 juillet 2009. Les coureurs partiront de la place de la Comédie et arriveront stade Yves du Manoir. 

Montpellier sera au cœur de toutes les attentions et verra venir dans ses murs les nombreux adeptes du Tour !


Revenir en haut
Max LeSinge


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2009
Messages: 3 671
Localisation: Ur anus

MessagePosté le: Ven 27 Mar - 08:43 (2009)    Sujet du message: Montpellier Répondre en citant

Des nouvelles d'Armstrong ?
_________________




Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:22 (2017)    Sujet du message: Montpellier

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    TIC 2009 Index du Forum -> TIC 2009 -> TIC 2009 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 313, 14, 15  >
Page 1 sur 15

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template